fbpx
f

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore. Excepteur sint lorem cupidatat.

You may like:

Pendant le confinement, toutes nos formations WSET se déroulent en ligne, découvrez ici les sessions disponibles !

During quarantine our WSET courses are delivered online. Find your course here !

Palisser oui…mais pourquoi?

La vigne est une plante qui mérite une attention particulière si on veut tirer pleinement bénéfices des baies produites. En effet, la gestion de la vigne est fondamentale pour produire des raisins suffisamment mûrs pour être vinifiés. Lorsque la vigne est livrée à elle-même, elle a tendance à utiliser ses propres ressources pour sa croissance au détriment la maturation des raisins.

De nombreux travaux sont réalisés par le vigneron pour gérer la vigueur de la vigne telle que la densité de plantation, la taille ou encore le palissage sur lequel nous nous attarderons aujourd’hui.

Pourquoi utiliser la méthode du palissage?

Cette étape a pour but d’orienter la croissance de la vigne et lui offrir un support pour le positionnement des rameaux du printemps suivant. Ce dernier est fondamental puisqu’il détermine la position et l’exposition des baies poussant au bout de chaque rameau et l’exposition des feuilles au soleil pour réaliser la photosynthèse.

Rappel : il existe deux types de cycle distincts pour la vigne :

  • Le cycle végétatif assure le développement des organes végétatifs comme les feuilles et les rameaux
  • Le cycle reproducteur permet le développement des organes reproducteurs que sont les fleurs et les baies de raisins.

Ces 2 cycles ont lieu simultanément de mi-mars à mi-novembre.

Le palissage permet également à de nombreux vignerons d’orienter la plante de façon à passer plus facilement avec les outils mécaniques entre les rangs et de faciliter l’application des produits phytosanitaires.

Les techniques de palissage

Palissage de jeunes vignes

Il s’agit ni plus ni moins que des structures permanentes formées de piquets et de fils de fer ou plastique pour conduire la vigne. Selon les régions et le choix du vigneron, elles peuvent être inexistantes ou extrêmement complexes.

On utilise des fils porteurs pour supporter le poids de la végétation mais également des fils releveurs. Ces fils sont relevés sur les piquets au fur et à mesure de la croissance de la plante. Enfin, les fils d’amarres servent à maintenir l’ensemble aux piquets.

Le palissage peut se faire dès la plantation de la vigne, les crampons de la plante vont s’accrocher aux supports utilisés.

a) Le palissage vertical

Palissage vertical

Il s’agit du système le plus répandu dans le monde. Tous les rameaux sont palissés vers le haut, à la verticale, à partir des baguettes ou cordons. Ils sont attachés aux fils horizontaux pour former une seule nappe foliaire. La conduite peut être haute pour éviter le gel ou près du sol pour bénéficier de sa chaleur. Ce système permet une bonne aération du feuillage et minimise l’ombrage au maximum pour les zones plus fraiches. Les fils sont relevés généralement en juin pour assurer une bonne exposition des baies au soleil.

b) Le gobelet

Vignes en gobelet dans le sud de la France

Il n’y a tout simplement pas d’utilisation de support pour guider la vigne.  Le vieux bois forme un tronc vertical qui est taillé  à la manière d’une couronne en haut du pied de vigne. Cette technique est surtout utilisée dans les zones très chaudes et relativement sèches (Rhône méridional pour la France ou la Barossa Valley en Australie par exemple). En effet dans les zones fraiches, l’ombre ne favorise pas le développement de la baie et l’absence d’évaporation peut provoquer des maladies. Ce système de conduite ne permet pas le passage des vendangeuses mécaniques.

c) Les vignes hautes et larges

Vigne_en_pergola_à_Omodos

Vignes en pergola à Chypre

Lorsque la densité de plantation est plus faible, il existe d’autres méthodes de palissage pour réguler la vigueur de la vigne et garantir une exploitation optimale de la lumière.

Le palissage monoplan peut être utilisé, il ressemble au palissage vertical avec une division de la nappe foliaire en dirigeant quelques rameaux vers le bas. Ces systèmes sont géométriquement un peu plus complexes. Par exemple, le système en « lyre » (conduite de la vigne sur deux axes de palissage en forme de V vers le dessus) permet malgré tout le passage des vendangeuses mécaniques.

Le système de conduite en pergola fait également parti de cette catégorie de palissage. Cette méthode n’est pas utilisée pour réguler la vigueur de la plante mais permet d’exploiter d’autres cultures sous la vigne.

Toutes ces techniques ont des conséquences directes sur la qualité et les quantités de raisins récoltées chaque année. Bien que les méthodes de palissage soient reconduites d’année en année au sein d’une propriété, le soin apporté à cette étape peut varier selon les conditions météorologiques.

Vignoble de Côte-Rotie

Notons enfin que chaque région viticole avait par le passé un mode de conduite qui lui était propre (totalement différent ou simple variante). La mécanisation du travail de la vigne a amené une standardisation du mode de palissage en palissage vertical, seule conduite permettant la vendange mécanique. Force est de constater que nous avons ainsi perdu en diversité de paysage viticole de manière globale, bien que certaines région plus conservatrices ou impossible à mécaniser continuent de nous éblouir par leurs paysages atypiques.Découvrez toutes les étapes importantes de la viticulture lors de nos formations œnologiques et de dégustation WSET à Bordeaux, Toulouse (ou d’autres villes de  France sur demande).

Laisser un commentaire

Vous souhaitez être averti de nos prochains évènements ou dégustations ?